Autochromes Lumière

Louis, l'inventeur

 « Je ne croyais pas que cela pût retenir l'attention du public pendant une heure. Je ne voulais que me divertir? C'est d'ailleurs celle de mes inventions qui m'a coûté le moins. ». Louis Lumière à Henri Jacques Lefébure, Faits par eux-mêmes, Paris, Durassié, 1939.

Le magicien de l'image
Le Cinématographe Lumière Cinématographe Lumière
Cinématographe, appareil servant à l'obtention et à la vision des épreuves chronophotographiques. Brevet français n° 245.032 du 13 fév. 1895
apporte en 1895, une réponse définitive aux problèmes liés à la chronophotographie. À la fois caméra et projecteur, il réalise la prise de vue et la projection de photographies animées. Synthèse des travaux de Janssen, Marey, Demenÿ, Edison, Reynaud, le cinématographe reste à la fois, l'invention de Louis Lumière et l'aboutissement d'une œuvre collective. Aujourd'hui encore, les principes et éléments constitutifs d'une caméra n'ont pas fondamentalement évolués.

Louis effectue des essais de cinéma en couleur avec son procédé autochrome. La sensibilité, et surtout le dépôt aléatoire des grains de fécules sur le film ne permet pas une restitution égale des couleurs en un même point image par image. Il en résulte une image scintillante et peu agréable à la vue. En 1912, Gaumont propose le procédé trichromique, mais il faudra attendre les années 1950 pour obtenir un rendu exact et nuancé des couleurs.

Après trois ans de mise au point, Louis présente un nouveau type de spectacle cinématographique, le cinéma en relief cinéma en relief
Ecran colorés pour projection stéréoscopique ; Brevet français n° 760.405 du 23 nov. 1932

issu du procédé par anaglyphe anaglyphe
L' anaglyphe est une projection stéréoscopique en deux couleurs complémentaires
. Le film réunit deux images qui cheminent devant une paire d'objectifs. En avant de ces deux objectifs, sont placés deux écrans colorés respectivement en bleu et en jaune. Le spectateur est muni de lunettes aux verres de mêmes couleurs. Présenté à l'académie des sciences le 27 février 1935, la première séance publique eu lieu au cinéma Marivaux, sur les Grands Boulevard à Paris.

Le Photorama Photorama
Appareil de projection à images fixes, Brevet français n° 306.772 du 29 déc. 1900

est le premier procédé qui permet à la fois la prise de vue et la projection d'un cliché sur un écran cylindrique mesurant plus de six mètres de haut. Le Photorama permet un tour d'horizon sur 360° à travers une seule image. Les prises de vues sont réalisées avec le Périphote et la projection avec le Photorama dont l'unique exemplaire retrouvé est conservé à l'Institut Lumière. Installé 18, rue de Clichy à Paris à partir de février 1902, son exploitation se révèlera déficitaire. Malgré la prouesse technique, la salle fermera ses portes au printemps 1903.

Les principes de la photographie en relief furent fixés par le physicien Charles Wheatstone dès 1838. La photo-stéréoscopie apporte l'impression de profondeur à celui qui fixe ses yeux au stéréoscope. A travers la photo-stéréo-synthèse photo-stéréo-synthèse
Procédé de stéréosynthèse photographique par stratification, Brevet français n° 523.962 du 12 janv. 1920

, Louis Lumière apporte une nouvelle représentation photographique tri-dimentionnelle d'un solide dans l'espace. Elle permet de s'affranchir de l'appareil de vision et offre une sensation d'espace très véridique. Pour un portrait, seulement six clichés sont nécessaires pour obtenir une illusion totale.

Lire la suite >>