Autochromes Lumière

La Première guerre mondiale

Les couleurs des armées
Les scènes immortalisées par les autochromes de l'armée sont construites, les sujets posent franchement face à l'objectif ou feignent de l'ignorer, comme ils auraient posé devant un peintre. La restitution des couleurs permet de mettre en valeur l'uniforme bleu horizon du poilu et les uniformes de régiments spécifiques comme celui des zouaves. D'autres clichés montrent des drapeaux tricolores fièrement arborés ou des faisceaux d'étendards multicolores. D'autres enfin, montrent les subterfuges de camouflages sous des filets, des branchages ou des peintures, pour soustraire aux attaques aériennes.
Les troupes coloniales occupent une place déterminante dans les reportages, puisqu'elles doivent témoigner de la puissance de l'empire colonial français. La représentation des troupes d'Afrique du Nord et d'Afrique Occidentale Française (AOF) trouve un écho particulier dans les reportages constitués par les opérateurs de la SPA, notamment à travers l'utilisation de la plaque autochrome. La couleur doit renforcer l'admiration et l'intérêt portés par la France à ses troupes coloniales. Elle met en valeur la couleur de peau de ces soldats venus de l'autre côté de la mer et leurs uniformes flamboyants. Les tirailleurs sénégalais et les spahis algériens sont représentés dans les situations de bivouac, non sans remémorer les grandes compositions orientalistes du XIXe siècle, où l'accentuation de la luminosité des couleurs vives et chatoyantes est mise en exergue. Les troupes des autres pays belligérants sont également photographiées en couleur, notamment les troupes d'origine coloniale, comme les unités indiennes britanniques présentées au bivouac.

Lire la suite >>