Autochromes Lumière

Les francs-maçons


Deux frères de Paris

Médecin physiologiste, Ernest Onimus Ernest Onimus
Onimus, Joseph Nicolas Ernest, médecin physiologiste, Bantzenheim (Haut-Rhin), 6 déc. 1840 - Date de décès inconnue

est un précurseur des applications de l'électricité dans la thérapeutique et les sciences biologiques. En 1865, il est le premier à avoir photographié les contractions et les dilatations cardiaques de batraciens, puis de mammifères maintenus en vie par respiration artificielle. A moins de 26 ans, il publie : l'emploi de la photographie dans l'étude des mouvements du coœur. Franc-maçon et ami d'Antoine Lumière, il contacte ses fils en 1895 pour leur proposer de photographier la pénétration des rayons à travers les tissus vivants pénétration des rayons à travers les tissus vivants
 « Au printemps de 1895, se rendant du Midi dans les Vosges, le Docteur Onimus s'arrêta à Lyon, chez MM. Lumière, pour s'y livrer à des recherches sur la pénétration des rayons lumineux à travers les tissus vivants (communication à l'Académie de médecine, juil. 1895) MM. Lumière étant à cette époque, très occupés par leurs recherches sur la photographie des couleurs. Trois mois après, Roentgen découvrait les rayons X. Peut-être qu'avec le concours de Messieurs Lumière, aurait-il fait cette remarquable découverte ». Les dictionnaires départementaux, Alpes-Maritimes ; Principauté de Monaco - annuaire et album -Paris Ed. Flammarion - 1903.

. Médecin à Monté-Carlo, il met en évidence les rapports entre hygiène, climatologie et les maladies endémiques du bassin méditerranéen. Avec l'aide de la famille Lumière, il crée plusieurs maisons de repos au Cap-d'Ail (Alpes-Maritimes). En 1901, Antoine Lumière expose son portrait à l'huile lors de l'exposition internationales des Beaux-Arts de Monaco.

Médecin naturaliste, Jean-Marie de Lanessan Jean-Marie de Lanessan
Lanessan, Jean-Marie-Antoine de, homme politique, Bantzenheim (Ht-Rhin), 6 déc. 1840 - Écouen (Val-d'Oise), 7 nov.1919


est professeur d'histoire naturelle à la faculté des sciences de Paris (1876) avant d'embrasser une carrière politique dés 1879. Il est élu député de Paris (1881-1891) et siège à l'extreme-gauche. De 1891-1895, il est nommé Gouverneur général de l'Indochine, puis élu député de Lyon (1898). Il participe à divers journaux républicains ; il  fonde Le Réveil (1881) et écrit dans La Marseillaise. En 1900, il est rédacteur du quotidien Le Rappel, aux côtés d'André Honnorat. Grâce à son appartenance à la franc-maçonnerie, des liens se tissent entre Antoine Lumière et Jean-Marie de Lanessan. Le Vénérable Antoine reçoit régulièrement le membre de la loge La Fraternité Universelle et Vénérable de la loge Les Droits de l'Homme, conseiller de l'Ordre du Grand-Orient de France. Ce futur ministre de la Marine du cabinet Waldeck-Rousseau (1899-1902) passe ses moments de détentes au Clos-des-Plages avec le futur président du Conseil. Comme à son habitude, Antoine peint son portrait à l'huile exposé au Salon des artistes français en 1906 (conservé à écouen).