Autochromes Lumière
La technologie du procédé > Les évolutions > Une nouvelle modernité

Une nouvelle modernité

La démocratisation de la photographie couleur
L'autochrome fut - et demeure pour une large part -  un procédé mythique, fruit du travail méticuleux et passionné de ses inventeurs. Il n'en est pas moins solidement lié au contexte scientifique, technique et industriel du début du XXe. Sa simplicité d'utilisation explique pour une part importante le succès qu'il connaît dès son introduction. Elle repose sur un dispositif de fabrication audacieux au regard des possibilités offertes par les techniques de l'époque. La stratigraphie complexe du procédé le démarque des systèmes photographiques produits antérieurement.
Elle préfigure les modes de fabrication du XXe siècle qui mettent en place des couches sensibles à la composition de plus en plus complexe, notamment dans le domaine de la photographie couleur . Avec l'autochrome, les frères Lumière inaugurent le concept de fabrication industrielle des systèmes de photographie couleurs. Ils sont également à l'origine d'un mouvement plus global qui consacrera, à la fin du XXe siècle, la marginalisation de la photographie noir et blanc au profit de son homologue en couleur. Sur un plan purement physique, les applications de la trichromie additive à la photographie  disparaissent avec les derniers procédés à réseaux dans les années 1950.
Mais elles connaissent aujourd'hui une nouvelle modernité, en particulier dans les dispositifs de restitution sur écran (tubes cathodiques, écrans LCD ou plasma...).
Dans le même ordre d'idées, le réseau trichrome à base de fécules de pomme de terre teintées des plaques autochromes, n'est pas sans rappeler - au désordre près - les filtres RVB (rouge, vert, bleu)  recouvrant les capteurs CCD de nos appareils numériques.