Autochromes Lumière

La conservation

Une conservation délicate
Comparé à d'autres procédés de photographie en couleur, les autochromes sont relativement stables et se sont bien conservés. Ils restent néanmoins susceptibles de s'abîmer lors d'une exposition prolongée à la lumière. Les phénomènes de décoloration à la lumière varient selon les colorants. Les fécules les plus sensibles à la lumière sont les violettes puis celles oranges et enfin les vertes.
Cependant, les plus grands dommages causés aux plaques autochromes sont ceux qui résultent d'une humidité excessive. L'environnement des réserves doit être sain et les conditions thermo-hygrométriques contrôlées. Chaque plaque autochrome est placée dans une pochette ou une enveloppe à quatre rabats. Les plaques sont ensuite rangées verticalement ou à plat, par petit nombre, dans des boîtes de conservation adaptées. Les boîtes d'origine en bois ou en carton acide sont conservées dans la collection car elles sont souvent riches d'informations.

Comme toutes photographies originales, les plaques autochromes doivent être manipulées délicatement avec des gants. Les dépôts gras et acides laissés par les empreintes de doigts favorisent les altérations. Enfin, la fragilité intrinsèque des ces objets conduit à éviter de les communiquer au public.

Lire la suite >>