Autochromes Lumière

Index des photographes

MESPOULET, Marguerite
1865, lieu de naissance non identifié - 1980, lieu de décès non identifié

Marguerite Mespoulet est la seule femme et boursière ayant travaillé pour les « Archives de la Planète ». Elle n'était pas une photographe professionnelle, bien que les soixante-treize plaques rapportées d'Irlande en 1913 soient splendides. C'est par le biais des bourses de voyage « Autour du Monde », un autre mécénat d'Albert Kahn, qu'elle rejoint les « Archives de la Planète ». Agrégée d'anglais en 1905, elle remporte deux ans plus tard une bourse de voyage délivrée par l'Université de Paris grâce aux subsides d'Albert Kahn. Le banquier est désireux d'enrichir la formation de futurs professeurs par l'observation directe du monde. Depuis 1898, il dote l'université de Paris d'une somme permettant à quatre jeunes agrégés masculins de partir plusieurs mois à l'étranger, puis étend en l905 le bénéfice aux jeunes filles. À son retour, comme tous les boursiers d'Albert Kahn, Marguerite Mespoulet fréquente la maison mise à leur disposition dans la propriété de Boulogne. Elle découvre les « Archives de la Planète » qui se constituent depuis 1909, sans doute en la personne de leur directeur Jean Brunhes et du photographe Auguste Léon. Les modalités précises de la préparation et du déroulement de la mission en Irlande restent imprécises. Marguerite Mespoulet est accompagnée d'une autre ex-boursière, Madeleine Mignon, agrégée de mathématiques (non notée toutefois comme photographe dans les documents d'époque). Après cette collaboration unique aux « Archives de la Planète », Marguerite Mespoulet continue d'enseigner à Paris. A la fin des années 20, elle s'installe à New-York où elle laisse le souvenir d'une intellectuelle ouverte et passionnée.

Musée départemental Albert-Khan


MONPILLARD, Fernand
1865, lieu de naissance non identifié - 1937, lieu de décès non identifié

Ferdinand Monpillard est un technicien de la photographie scientifique, spécialiste de macro et microphotographie. Auteur de communications à l'Académie des sciences, d'articles et d'ouvrages de vulgarisation scientifiques, il publie en 1900 avec Jules Étienne Rabaud l'Atlas d'histiologie normale. Principaux tissus et organes. Cet éminent spécialiste de l'étude médicale au travers de la photographie microscopique, utilise des plaques orthochromatiques c'est-à-dire sensibles à diverses couleurs du spectre (violet, jaune, bleu, vert). Membre de la SFP en 1892, il y rencontre Léon Gimpel et participe à ses travaux sur la sensibilisation de la plaque autochrome. Monpillard produit plusieurs centaines d'autochromes, paysages d'Auvergne, du Cantal, et fait de Belle-Île-en Mer (Morbihan) son laboratoire de plein air.

Société française de photographie - SFP