Autochromes Lumière

Maurice Letulle, professeur d'anatomie pathologique

Maurice Letulle bénéficie d'une double compétence : médecin spécialiste en anatomie pathologique et professeur. Tout naturellement, il réfléchit à la constitution de supports pédagogiques qu'il utiliserait pour ses cours et qui formeraient une « bibliothèque  de pathologies », mise à la disposition de ces confrères. Il se constitue d'abord une collection d'inclusions (coupes chirurgicales conservées dans une solution de formaldéhyde), lourdes et encombrantes à transporter.

Vers 1911, alors que les Frères Lumière vulgarisent la technique de l'autochrome, il acquiert du matériel lui permettant de prendre des photographies couleurs sur plaque de verre de pièces anatomo-pathologiques macroscopiques et microscopiques. Les autochromes présentent deux avantages : ce sont des copies conformes à la réalité, démonstratives et transportables qui plus est. L'usage des colorations en anatomie pathologique dans l'imagerie médicale aux XIXe et XXe s. est essentiel. Les colorants jouent le rôle de sondes utiles à l'exploration des tissus, notamment lorsque l'application d'un colorant sur un tissu engendre une réaction chromatique.

Maurice Letulle prépare lui-même les lames histologiques qu'il photographie à travers un microscope. A ces photographies d'anatomie pathologiques microscopiques, s'ajoutent des clichés d'organes malades et des portraits de patients. Sa collection comprend aussi des photos de la peste en Mandchourie et des démonstrations d'examens médicaux, comme l'auscultation et l'examen méthodique du coeur. Il est aidé dans ses travaux par Eugène Normand, ainsi que par Mme Blondeau-Clark, technicienne. Le classement des autochromes par organe et par lésion a été décidé par Maurice Letulle. Le cadre de classement a été conservé, tout comme les légendes inscrites de sa main sur chacune des plaques de verres.