Autochromes Lumière
La technologie du procédé > Rappel historique > Le brevet de l'autochrome (1903)

Le brevet de l'autochrome

Le brevet de l'autochrome est intitulé « Procédé de photographie en couleurs »
Le 17 décembre 1903, Auguste et Louis Lumière déposent une demande de brevet de 15 ans. L'invention ne porte pas encore le nom d'autochrome. Elle nécessitera quatre années de mise au point avant d'être commercialisée par la manufacture lyonnaise. Elle inaugurera le premier procédé de photographie couleur produit à l'échelle industrielle. Ce brevet contient le résumé suivant : « L'invention consiste en une plaque sensible caractérisée par l'interposition entre la couche sensible et le verre qui lui sert de support, d'une couche écran composée d'éléments colorés disposés comme il est dit ci-dessus, et ayant pour effet de régler en chaque point l'intensité de l'impression de la couche sensible, suivant la constitution du faisceau lumineux formant l'image de ce point, de manière à ce que, après développement et inversion du cliché, la plaque montre par transparence une image colorée avec ses couleurs naturelles ».

Trois additifs au brevet initial
Trois additifs viennent compléter ce premier brevet. Le  premier additif (n° 3891) demandé le 13 janvier 1904, envisage la possibilité de concevoir un réseau polychrome monocouche.
Le second additif (n° 4290) demandé le 9 novembre 1904, met l'accent sur l'emploi de particules teintées en violet, vert et orangé. Il précise également que le comblement des espaces interstitiels peut être réalisé avec des particules colorées de petites dimensions ou par l'emploi d'une poudre opaque. Dans le dernier additif (n° 7230) demandé le 5 avril 1906, il s'agit « d'obtenir la continuité de la couche écran interposée entre la couche sensible et son support, sans recourir au remplissage par une poudre noire des vides restant entre les particules colorées...  la couche colorée est soumise en même temps que son support à une pression directe ou à un laminage qui écrase les grains colorés convenablement ramollis, et leur fait remplir les vides... ».